L'île aux taureaux

De retour enfin après une panne d'écriture, un manque d'inspiration sans doute dû à la morne saison que nous traversons. Qu'en restera-t-il dans nos mémoires...? A l'exterieur de l'arène la lutte pour la tauromachie mais à l'interieur du ruedo nada. A force de lutter contre les antis sans jamais expliquer le pourquoi de notre passion (l'émotion) au plus grand nombre, la tauromachie est en grand danger.

 

Dans ce contexte, une anecdote m'est revenue. Celle de trois anglais qui voulaient devenir président. Moins cher qu'une campagne électorale et garantie à 100%, ils ont acheté une plate forme pétrolière et créé leur pays. Tous les cinq ans ces trois citoyens (avec de vrais passeports, un drapeau, une monnaie), se retrouvent aux urnes ou à l'apero pour s'élire à tour de rôle, président, ministres...

 

Revenons aux taureaux... et imaginons le scénario catastrophe, impossible me direz-vous mais imaginez quand même: les arènes ferment les unes après les autres. Les antis les transforment automatiquement en supermarché (ref Barcelone) histoire d'être sûr qu'elles ne fonctionneront plus, jamais...

 

... Si les gouvernements européens interdisent la corrida, pourquoi ne pas faire comme ces anglais créer notre état avec son gouvernement et son seul ministre celui préposé aux affaires taurines. Une plate forme pétrolière, une île aux allures de complexe taurin, son arène, son aerodrome, ses hôtels, son campo, son école taurine... et pour s'y rendre un énorme paquebot avec son arène de tienta à l'interieur... de toute façon sur les eaux internationales nous serons à l'abri des polices.

 

Pour que la fiction ne devienne pas réalité, il faut se rendre aux arènes en nombre. Pour cela il faut que le spectacle soit à la hauteur c'est à dire sans taureaux collabos, sans faenas stéréotypées etc. Je crois que c'est le fils Victorino qui aimerait appliquer le système de la ligue des champions à la corrida. Imaginez: N'y participe que les figuras, les companeros cartels sont tirés au sort comme les arènes (toutes de première catégorie) ainsi que l'élevage. Le tout ponctué d'un système de concours avec finale. Laissez moi rêver:

 

Arènes de Nîmes

Toro de la Quinta pour

 

José Tomas

Manzanares

Alejandro Talavante

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :